Raisins vin naturel

Le vin nature :simplement une mode ?

Aujourd’hui, la demande des consommateurs va vers plus de naturel, moins d’utilisation de produits chimiques, de pesticides … ceci est vrai pour tous les secteurs de l’agriculture.

La culture de la vigne et l’élaboration du vin n’échappent pas à cette lame de fond.

Ainsi, “Plus de 70% de mes clients me demandent des vins bios, nature ou naturels … sans trop en connaître les différences d’ailleurs !” nous dit François Mayol, caviste à Morlaix.

Aujourd’hui, beaucoup d’opacités, entretenues ou non, privent le consommateur “moyen” d’informations, que ce soit à propos de la culture de la vigne ou dans l’élaboration et l’élevage du vin.

Tout d’abord, la viticulture : 20% des pesticides utilisés en France le sont pour la culture de la vigne, culture qui n’occupe que 3% des surfaces agricoles de notre pays. 

Ces pesticides, parfois à très faible dose, peuvent se retrouver dans nos bouteilles !!

Dans une enquête de France Info réalisée dans le bordelais, sur dix bouteilles testées, certaines contenaient jusqu’à 15 résidus de pesticides dont certains classés CMR c’est dire potentiellement cancérogènes mutagènes ou toxiques pour la reproduction.

Les choses se compliquent encore lorsque l’on aborde les “intrants”, ces produits (jusqu’à 5O possibles ..) que l’on rajoute au vin soit pour son aspect, sa conservation ou son goût:

  • le soufre qui a un rôle antibactérien et antioxydant dont il est difficile de se “passer”
  • mais aussi d’autres produits (jusqu’à 50), souvent inoffensifs comme la colle de poisson ou la caséine de lait pour clarifier, jouant aussi sur le goût comme les copeaux de bois ou les levures synthétiques (comme la “fameuse” 71 B donnant le goût banane au beaujolais nouveau).

Notez bien qu’en dehors de la présence de sulfites (sans en préciser le dosage d’ailleurs ) et en vertu d’une dérogation du règlement de l’Union Européenne sur l’information des consommateurs, rien ne s’impose sur les étiquettes ! 

vignes vin naturel

La profession néanmoins réagit progressivement aux demandes des consommateurs.

Ainsi :

  • la surface de vignobles bio a triplé en dix ans dépassant les 10% du vignoble français
  • depuis quelques années, l’évolution est nettement vers une diminution parfois totale de l’utilisation de tous les traitements et intrants.
vignes vin naturel

Alors, comment s’y retrouver ??

Quelques définitions vous seront utiles pour mieux comprendre et affiner ses choix.

Le vin bio

  • un vin bio est un vin dont la culture de la vigne répond aux cahiers des charges de l’agriculture biologique ( le cuivre est autorisé pour combattre le mildiou mais à des doses de plus en plus faibles), par contre lors de la vinification et l’élevage du vin, les intrants comme le soufre (100 mg/l), la chaptalisation par adjonction de sucres, l’acidification ou la désacidification, l’ajouts de tanins ou de copeaux de bois, les levures synthétiques sont possibles.
agriculture biologique

Le vin en biondynamie

  • le vin en biodynamie va plus loin que le vin bio en diminuant les teneurs en soufre (70 mg/l), en suivant le calendrier lunaire pour la culture de la vigne, la récolte, en favorisant des ajouts naturels afin d’intensifier la vie du sol, en autorisant le collage et la filtration, la chaptalisation uniquement pour les effervescents.
vin en biodynamie

Le vin nature

  • un vin nature est un vin auquel on ajoute aucun intrant (seul le soufre est autorisé mais à dose très faible de 30 mg/l) lors de la culture de la vigne et lors de la vinification, la culture doit être bio ou en biodynamie, les vendanges manuelles, généralement le vin n’est pas collé ni filtré et les levures sont les plus souvent indigènes
vin naturel

Le vin SAINS

  • le vin SAINS est le terme ultime, presque “jusqu’au boutiste” de cette évolution puisque “Sans Aucun Intrant Ni Sulfite”.

notez que ces deux derniers labels n’ont pas encore de caractère officiel .

vins sains

Ce qu’il faut savoir si vous choisissez un vin naturel : le bon comme .. le moins bon !!

L’élaboration de vins “natures” est très exigeante pour le vigneron que ce soit dans la culture de la vigne ou le raisin récolté doit être de haute qualité ou dans son élaboration en particulier au plan bactériologique

Revers de la médaille, des défauts potentiels (instabilité, goût variable, odeurs de pommes blettes) voire de graves faiblesses parfois rédhibitoires (reprise de la fermentation en bouteille par développement de bactéries et de levures, évolution vers le vinaigre) sont plus fréquents que dans les autres modes de production

La consommation des vins natures obéit aussi à certaines règles ou conseils : les carafer pour faire disparaître le perlant ou en cas de mauvaises odeurs qui sont le plus souvent volatiles et transitoires, ne pas le conserver plus de 3 à 5 ans et en accepter certains défauts.

vignes vin naturel

Notre conclusion, au Petit Plat du Jour, tient en quelques mots :

moins de chimie ne peut être que salutaire
la désinformation ou la non information des consommateurs est délétère
faites confiance à votre caviste en l’interrogeant et lui demandant conseil car lui connait les viticulteurs et leur production.

PS : Merci à Francois Mayol pour son accueil, ses infos et conseils Les Vins O Mur 5 place des Viarmes Morlaix www. lesvinsomur.fr

Plus d’articles :

 

Ne manquez aucune nouvel article du Petit Plat du Jour en vous inscrivant à notre newsletter :

Laisser un commentaire